Quelles peuvent être les conséquences d’une intimidation envers les enfants ?

par Marie Dupon
Intimidation en crèche

La crèche est un cadre pour l’éveil, pour l’apprentissage et pour le développement psychomoteur de l’enfant. C’est aussi un lieu de socialisation où il apprend à vivre en harmonie avec d’autres adultes et d’autres enfants. À ce propos, il y a un problème dont certains enfants sont victimes : l’intimidation qu’ils subissent de la part de leurs camarades. Dans cet article, nous allons voir comment la crèche lutte activement contre ce problème aux conséquences dévastatrices. 

Comment se manifeste l’intimidation chez les tout-petits ? 

Chaque structure d’accueil dispose de plan d’intervention en cas d’intimidation ou de harcèlement. Dans une crèche d’entreprise, les puéricultrices et les éducateurs de jeunes enfants restent attentifs et à l’écoute de chaque enfant pour reconnaître les signes montrant qu’il est victime d’intimidations. 

L’intimidation est une intention de faire mal à l’autre par l’utilisation de violences verbales, physiques ou psychologiques. L’intimidateur peut crier contre l’enfant intimidé, le pousser, le mordre, le frapper ou lui tirer les cheveux. Chez les plus grands, l’intimidation est la manifestation du rejet de l’autre à cause de ses différences et/ou de sa non-appartenance au groupe des «?agresseurs?».

Chez les tout-petits, l’intimidateur n’a pas de cible précise. Il peut par exemple frapper un enfant qui a pris son doudou. La prochaine fois, il peut pousser un autre enfant qui est devant lui sur un jeu de parcours. La forme de violence qu’ils exercent est l’expression irraisonnée des sentiments comme la colère, la frustration, l’envie, la fatigue, etc. Pour eux, l’intimidation est une manière de résoudre un conflit (que ce soit un conflit intérieur ou un conflit avec un autre). 

Il est donc plus difficile de détecter l’intimidation chez les enfants en bas âge. Les professionnels de l’accueil du jeune enfant doivent faire preuve de vigilance et d’observation. Ils doivent être attentifs si un enfant pleure ou présente des signes d’agression comme des bleus ou des griffures. 

Quels sont les impacts de l’intimidation chez l’enfant ? 

Toutes les formes de violence ont des conséquences dommageables sur l’enfant. Il peut vivre un sentiment de détresse et d’insécurité. Il peut se sentir humilié et perdre totalement sa confiance en soi dans tout ce qu’il fait. Il peut avoir tendance à s’effacer et à intérioriser ses sentiments. 

Sur le plan scolaire, l’enfant peut être démotivé et ne plus avoir l’envie d’aller à la garderie. S’il continue à être victime de harcèlement, il peut présenter des difficultés scolaires et il peut développer une tendance à l’absentéisme. Il peut se réfugier dans le mensonge pour essayer de cacher tout cela à ses parents. 

Il est donc très important de trouver une solution adéquate dès les premiers signes d’intimidation. Si le cas est plus grave, l’intervention d’un psychologue issu du service de la protection maternelle et infantile est à envisager. 

Comment intervenir en cas d’intimidation ? 

La crèche est un lieu pour l’éveil et aussi un lieu où les enfants font l’apprentissage des règles de vie en société. Les éducateurs sont chargés de leur apprendre à vivre ensemble sur la base de l’empathie et du respect mutuel. 

Dès qu’un épisode violent se manifeste, un adulte responsable doit intervenir tout de suite. Il fait usage du dialogue pour désamorcer le conflit et pour pousser l’enfant «?agresseur?» à s’exprimer sur leurs émotions. Montrez-lui qu’il est écouté et valorisé, cela l’encourage à parler de son mal-être. Il comprendra que la meilleure façon de se faire entendre est de parler de son ressenti, au lieu de faire preuve de violence. Il faut éviter un discours culpabilisant, cela ne fait qu’entraîner la perte de sa confiance en soi. 

L’enfant «?victime?» quant à lui doit être réconforté. Il doit sentir que vous êtes avec lui, et qu’avec vous, il est en sécurité. S’il place sa confiance en vous, c’est qu’il sait que vous allez trouver une solution. Posez-lui des questions qui vous permettent d’avoir plus d’informations afin de mieux réagir. Il faut aussi lui apprendre à verbaliser ce qu’il ressent. Il ne faut pas oublier de l’encourager à dénoncer la situation à un adulte (éducateurs, parents, etc.). 

Pour conclure, l’intimidation en milieu scolaire peut anéantir l’avenir de toute une vie. Il convient aux adultes responsables de prendre à cœur le problème et de trouver des solutions favorables à la victime.

Facebook Comments

Vous pouvez également aimer